A la suite du Pape, Mgr Nestor Ngoy recommande le jeûne, la prière et la pénitence pour le salut du peuple congolais.
16 février 2018
CECOS - CENCO (102 articles)
0 comments
Share

A la suite du Pape, Mgr Nestor Ngoy recommande le jeûne, la prière et la pénitence pour le salut du peuple congolais.

Une messe a été célébrée ce vendredi 16 février 2018, deuxième journée de l’Assemblée Plénière Extraordinaire des évêques membres de la Conférence Épiscopale Nationale de Congo à la chapelle du centre d’accueil Caritas, à Kinshasa.

Dans son homélie axée sur les lectures du jour (Isaïe 58,1-9 ; Psaume 51(50) et l’Évangile selon saint Matthieu 9, 14-15), l’évêque de Kolwezi, Monseigneur Nestor Ngoy Katawa a recommandé qu’en ce temps de carême, le corps épiscopal de la RDC prie, observe le jeûne et fasse pénitence pour le salut de notre peuple, de notre nation.

L’officiant du jour a invité au rejet des sacrifices vains et proposé de vivre toutes ces pratiques religieuses (prière, jeûne, pénitence et aumône) dans l’amour afin qu’elles aient de la valeur aux yeux du Seigneur. Rappelant la récente fois où le Saint-Père avait appelé à une journée de prière pour la RDC et le Soudan du Sud pendant que les évêques de la CENCO étaient réunis en Assemblée au mois de novembre, Mgr Nestor Ngoy estime que cette fois encore, c’est une occasion de renforcer la recommandation du Pape François.

En effet, a rappelé l’évêque de Kolwezi, le successeur de Pierre a appelé tout le monde, chrétiens catholiques et ceux d’autres confessions, à une journée de jeune et de prières vendredi 23 février 2018 en faveur de la paix en République Démocratique du Congo et au Soudan du Sud. Lors de cet appel, le Souverain Pontife avait indiqué que cette journée sera offerte «en particulier pour les populations de la République démocratique du Congo et du Soudan du Sud», deux pays d’Afrique marqués par des situations de conflit dans lesquelles l’Église catholique est particulièrement exposée. Depuis le 31 décembre 2017, les manifestations pacifiques initiées en RDC par le Comité Laïc de Coordination, CLC, sont violemment réprimées par les forces de l’ordre et ont fait plusieurs morts. Ces laïcs catholiques organisent des marches pacifiques pour réclamer l’application effective de l’Accord de la Saint-Sylvestre et contre le maintien au pouvoir du président sortant Joseph Kabila, dont le mandat constitutionnel a pris fin en décembre 2016. Au Soudan du Sud, la guerre civile en cours depuis 2013 a fait plusieurs dizaines de milliers de morts.

«Comme dans d’autres occasions similaires, j’invite aussi les frères et les sœurs non catholiques et non chrétiens à s’associer à cette initiative», avait exhorté François soulignant que «notre Père céleste écoute toujours ses enfants qui crient vers Lui dans la douleur et dans l’angoisse», il «guérit ceux qui ont le cœur brisé et il panse leurs blessures». Rappelons que le Pape avait déjà participé le 23 novembre 2017 à une célébration de prière à la basilique Saint-Pierre à l’intention de ces deux pays. Cette nouvelle initiative du 23 février rappelle aussi la Journée de prière pour la Syrie organisée en septembre 2013, alors qu’une offensive franco-américaine sur Damas semblait imminente, mais fut finalement annulée.

Pour leur part, les évêques membres de la CENCO sont depuis ce 15 février 2018 en Assemblée Plénière extraordinaire pour trois jours. La volatilité de la situation sociopolitique actuelle en RDC se trouve au cœur de leurs échanges en vue d’une orientation pastorale à donner, avait affirmé le jour de l’ouverture de ladite assemblée, le secrétaire général de la CENCO, l’Abbé Donatien Nshole.

 

CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *