A Saint François de Sales, le Cardinal Ambongo a appelé à bannir tous les actes qui humilient l’homme.
26 décembre 2019
CECOS - CENCO (299 articles)
0 comments
Share

A Saint François de Sales, le Cardinal Ambongo a appelé à bannir tous les actes qui humilient l’homme.

Dans une ambiance festive, le Cardinal Fridolin Ambongo, Archevêque métropolitain de Kinshasa, a célébré la messe à saint François de Sales, dans la commune de Kintambo, le mercredi 25 décembre 2019. L’intérieur comme l’extérieur de l’église étaient petits pour pouvoir accueillir les fidèles qui avaient fait le déplacement en grand nombre.

Dans son homélie tirée de l’évangile de Saint Jean 1 : 1-5, 9-14, l’archevêque de Kinshasa a souligné que c’était un motif de joie de célébrer avec les fidèles de cette paroisse ce grand événement pour toute l’humanité.

Pour le Cardinal, « Dieu vient habiter avec nous, dans un monde des ténèbres. En fait, Dieu vient valoriser l’homme. Le mystère de Noël est donc source de joie et d’espérance. C’est un bébé humain qui naît comme tous les enfants naissent dans une famille ».

Revenant à l’évangile, Mgr Ambongo a poursuivi en ces termes : « St Jean nous dit que cet enfant que vous avez accueilli est aussi Dieu. Et cet enfant qui est né hier, il était au commencement. Tout ce qui était fait par Dieu était fait avec lui. C’est la vérité fondamentale du Christ Emmanuel qui est né au milieu de nous. Il est à la fois Dieu et homme. C’est la double nature de Dieu. Ces deux natures se mélangent en Jésus. Cette réalité d’un Dieu qui abandonne sa gloire, son trône royal pour prendre notre condition humaine, souffrir avec nous, il a été mis à mort comme un bandit, mais cet homme est Dieu ».

Pour l’archevêque de Kinshasa, cette situation met en évidence 3 traits essentiels : « Le 1er est le fait que Dieu est venu habiter parmi nous.  Par la naissance de son fils, Dieu nous a jugés dignes de lui, malgré nos péchés, nos vicissitudes. Le verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous. Dieu n’est ni étranger de la vie des hommes, Dieu m’a jugé digne de confiance. Il est dans mon cœur, dans ma famille, dans ma communauté, alors inutile d’aller le chercher ailleurs ».

Pour le 2ème trait, le Cardinal Fridolin Ambongo souligne que « comme il a habité parmi nous, il nous donne la vie divine. La naissance de Jésus-Christ est un processus de divinisation de l’homme ».

Enfin, pour le 3ème trait, Dieu fait de nous des missionnaires. « Je reçois la mission d’aller annoncer la bonne nouvelle aux autres. Cette divinisation, cette glorification de l’homme n’est pas de façon égoïste. Il nous faut nous poser cette question : Est-ce que dans ma vie chrétienne, je peux me considérer comme missionnaire ? »

Partant de ces trois réalités, l’archevêque métropolitain de Kinshasa a tiré quelques conséquences. « Tout être humain est revêtu d’honneur, par conséquent nous devons le respecter. Qui es-tu pour mépriser les êtres créés à l’image de Dieu ? Il faut avoir de la considération pour tout homme créé à l’image de Dieu. Noël c’est le relèvement de l’homme parce que Dieu s’est abaissé. Bannissons de notre société, de notre communauté tous les actes qui humilient l’être humain. Engageons-nous à relever les fronts courbés par la maladie, la misère… », a conclu Mgr Fridolin Ambongo.

Au début de la messe, l’abbé Aimé Lusambo, Curé de la paroisse St François de Sales, avait souhaité la bienvenue au Cardinal qui y a célébré sa toute première messe depuis qu’il est archevêque de Kinshasa.

CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *