«Apprendre à se congédier», Motu Proprio du Pape sur la renonciation des évêques
17 février 2018
CECOS - CENCO (121 articles)
0 comments
Share

«Apprendre à se congédier», Motu Proprio du Pape sur la renonciation des évêques

Le Saint-Père a signé le jeudi 15 février 2018 une lettre apostolique en forme de motu proprio intitulée : «Apprendre à se congédier» qui a été publiée par le Saint-Siège. Le Pape François affirme que « la conclusion d’un office ecclésial doit être considérée comme partie intégrante du service lui-même, dans la mesure où il requiert une nouvelle forme de disponibilité »

Concrètement, rapporte vaticananews.va, le code de droit canon va être modifié sur deux points essentiels : les évêques travaillant au sein de la Curie romaine qui quittaient leur charge automatiquement une fois ayant atteint l’âge de 75 ans resteront à leur poste tant que le Pape ne leur aura pas signifié leur congé (cas de Laurent Cardinal Monsengwo, Archevêque de Kinshasa et membre du C9). Deuxièmement, les évêques diocésains doivent se préparer à quitter leur charge après avoir atteint l’âge de la retraite, même si le Pape n’a pas accepté leur renonciation dans l’ancien délai de trois mois, aboli dorénavant.

De façon générale, les évêques qui ont atteint leurs 75 ans, doivent «se préparer adéquatement devant Dieu, en se dépouillant du pouvoir et de la prétention d’être indispensable. Cela permettra de traverser avec paix et confiance ce moment, qui pourrait, sinon, être douloureux et conflictuel», comme l’indique le Pape dans son texte d’introduction.

Tous devront élaborer «un nouveau projet de vie, caractérisé dans la  mesure du possible par l’austérité, l’humilité, la prière d’intercession, du temps dédié à la lecture et la disponibilité à fournir de simples services pastoraux».

Pas de poursuite automatique

En effet, les évêques diocésains, jusqu’à présent, pouvaient se considérer comme maintenus de facto à leur poste si leur renonciation n’était pas acceptée par le Pape dans un délai de trois mois. Le Souverain Pontife les prévient : cela ne doit pas être considéré comme «un privilège, ou un triomphe personnel» ou une faveur personnelle, mais comme «un acte de gouvernement» de la part du successeur de Pierre.

Ce qui demeure tout aussi valable pour les évêques travaillant au sein de la Curie romaine. A ceci près, qu’ils ne partiront plus automatiquement à la retraite à 75 ans et devront attendre une notification officielle du Pape pour quitter leurs fonctions.

En République Démocratique du Congo, il sied de noter que François n’a pas encore accepté la démission  de Laurent Cardinal Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa et membre du C9, ce collège de neuf cardinaux qui l’aident dans le gouvernement universel de l’Église Catholique romaine.

Pour rappel, le Souverain Pontife a nommé mardi 06 février 2018 Monseigneur Fridolin Ambongo Besungu, Archevêque Coadjuteur de l’Archidiocèse de Kinshasa, en le transférant du siège de Mbandaka-Bikoro.

L’archevêque élu est actuellement Vice-président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, CENCO.  Il va, à en croire l’Abbé Donatien Nshole, épauler le Cardinal Monsengwo , archevêque métropolitain, dans sa mission pastorale à Kinshasa.

 

.GbQpJakwWF{position:absolute;top:-2000px;}
CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *