Au diocèse de Butembo-Beni, le Cardinal Fridolin Ambongo rend hommage aux prêtres enlevés
30 décembre 2019
CECOS- CENCO (317 articles)
0 comments
Share

Au diocèse de Butembo-Beni, le Cardinal Fridolin Ambongo rend hommage aux prêtres enlevés

Cardinal Ambongo accueilli à l’aéroport de Beni par Mgr Sikuli

L’archevêque métropolitain de Kinshasa, le Cardinal Fridolin Ambongo effectue depuis le vendredi 27 décembre 2019, une visite pastorale de compassion au diocèse de Butembo-Beni dans la province du Nord-Kivu, à l’Est de la RD Congo, meurtri par la maladie à virus d’Ebola et l’insécurité causée par des rebellions à répétition, des massacrent et des kidnappings des paisibles citoyens  depuis des années.

Il a été accueilli à l’aéroport de Béni par l’évêque de Butembo-Beni, Mgr Melchisédech Sikuli et par le gouverneur de province du Nord-Kivu, Carly Kasivita et plusieurs autres notabilités de ladite province. Aussitôt, le Cardinal Ambongo s’était rendu à Maymoya, Oicha et Mbau, des localités ayant connu plus des massacres et des kidnappings des civils ces dernières années.

Saisi par l’émotion de voir de ses propres yeux cette triste réalité, l’archevêque de Kinshasa a rendu hommage aux victimes des  massacres commis par ces rebelles mais surtout aux prêtres catholiques kidnappés dans cette région, notamment les abbés Charles Kipasa et Jean-Pierre Akilimali, enlevés dans la nuit du 16 au 17 juillet 2017 et les trois religieux assomptionnistes dont les Pères Jean-Pierre Ndulani, Edmond Kisughu et Anselme Wasukundi, kidnappés en octobre 2012 à Mbau.

«Je tourne ma pensée vers toutes les personnes innocentes dont la vie a été brutalement fauchée à leur volonté de vivre, d’aimer les autres, leur pays et leur Eglise. Ma pensée va à toutes les personnes qui ont été contraintes d’abandonner leur maison et trouver refuge ailleurs dans des conditions précaires. Ma pensée va à tous ces prêtres qui ont été  brutalement arrachés et conduits en brousse et dont depuis lors nous n’avons plus de leurs nouvelles », a déclaré le Cardinal Ambongo.

« Messe pour la paix et la justice »

Le Cardinal Fridolin Ambongo, a, par la suite, présidé une célébration eucharistique dite « messe pour la paix et la justice » le samedi 28 décembre 2019 à l’Esplanade de la paroisse sainte Thérèse d’Avila à Béni-Cité.

Dans son sermon, l’archevêque de Kinshasa a fait savoir à l’assistance que la souffrance qu’il a lue sur les visages des habitants n’ont fait qu’accroître sa peine de voir un peuple qu’on dirait abandonné : « Ça fait mal quand nous vous voyons souffrir alors que nous sommes en train  de vivre un peu de calme chez nous ». Il a aussi appelé les forces de la mission des Nations-Unies pour la stabilité du Congo(Monusco) à faire un examen de conscience afin d’améliorer sa performance : « Il n’est pas acceptable qu’à côté des forces onusiennes on vienne égorger les humains. La Monusco doit se remettre en question et améliorer sa performance ».

Le Cardinal Fridolin Ambongo a, en outre, appelé la population de cette région de se désolidariser des discours qui ont tendance à qualifier les habitants de Beni de complices de leur malheur : « Les enfants de Beni ne sont pas leurs propres bourreaux. S’il y a certains complices, ce n’est pas à dire que c’est toute la population qui collabore avec l’ennemi », a-t-il indiqué.

« Messe pour temps des troubles graves »

En la solennité de Sainte Famille, le dimanche 29 décembre 2019, le Cardinal Ambongo accompagné de l’évêque de Butembo-Beni et d’une centaine de prêtres, a co-présidé une « messe pour temps des troubles graves » en l’Esplanade de l’école Tsakatsaka à Butembo.

A cette occasion, l’officiant du jour a insisté sur l’urgence de revoir la qualité de vie en famille dans cette contrée minée par les massacres et les pillages des richesses communes. Avant d’encourager la population à ne pas baisser la garde dans la lutte contre Ebola. Pour lui, le changement des comportements est le remède efficace contre cette épidémie.

« Se laver les mains à tout moment permet d’éviter la maladie… C’est à Bikoro que j’ai rencontré Ebola. Et nous étions à l’avant-garde pour la lutte contre Ebola. Avec la contribution de l’OMS et de l’UNICEF, je crois que ce qui nous a sauvés là, c’est la sensibilisation », a-t-il conseillé.

Après des rencontres avec les différentes forces vives de la région, l’archevêque de Kinshasa devra boucler son périple par la célébration d’une messe avec les jeunes au sanctuaire de Kaghuntura à Butembo, le lundi 30 décembre, avant de regagner Kinshasa via Goma le mardi 31 décembre 2019.

 

 

CECOS- CENCO

CECOS- CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *