Discours du Nonce Apostolique à l’ouverture de la session des Evêques sur la protection des mineurs
2 mars 2020
CECOS - CENCO (317 articles)
0 comments
Share

Discours du Nonce Apostolique à l’ouverture de la session des Evêques sur la protection des mineurs

Le Nonce Apostolique en RDC, Mgr Ettore Balestrero, a prononcé un discours le lundi 2 mars 2020 au siège de Caritas Congo à Kinshasa, à l’ouverture de la session sur la protection des mineurs. Voici son message

Excellences, chers prêtres et juristes,

Le Séminaire de ces jours est très important pour l’Eglise en RDC, et c’est avec raison que la Nonciature l’a proposé en assurant l’accompagnement et le financement.

L’Eglise universelle est entrain d’attribuer aux Evêques un grand espace pour l’exercice de leur fonction de juges dans leurs Diocèses respectifs. Le rôle du juge a toujours une empreinte pastorale pour autant qu’elle conduit à la communion entre les membres du peuple de Dieu. Cela demande, cependant, de la part des Evêques, une grande responsabilisation et compétence. Avec le Motu proprio « Comme une amante », de juin 2016, les Evêques eux-mêmes sont appelés à rendre compte et peuvent être révoqués s’ils ont été gravement négligents dans l’exercice de leur charge pastoral.

Pour ce qui regarde ce pays, et l’Eglise en général, cela demande une grande détermination pour intervenir, chaque fois que la justice est violée. « Faire appliquer les lois de l’Eglise n’est pas un obstacle à la présumée efficacité pastorale de qui veut résoudre les problèmes sans le droit mais une garantie d’une recherche de solutions non arbitraires mais vraiment justes et, par conséquent, vraiment pastorales. Evitant les solutions arbitraires, le droit devient un garde fou valide pour la défense des derniers et des pauvres, bouclier protecteur de celui qui risque de tomber victime de puissants qui sont de service ». C’est ce que le Pape François a enseigné, rencontrant les membres du Conseil Pontifical de l’Interprétation des textes législatifs, le 22 février en cours. Un discours très important que je vous invite à lire et à approfondir.

Le but de ce Séminaire est justement celui d’approfondir, d’une façon pratique, le processus administratif, spécialement dans les cas réservés à la compétence de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et de ceux qui relèvent de la compétence de la Congrégation de l’Evangélisations des Peuples.

En fait, il est essentiel de bien comprendre les modalités selon lesquelles il faudra effectuer un processus administratif. Il ne suffit pas d’avoir raison dans la substance du problème. Il est indispensable de faire valoir cette raison d’une façon juste, sinon, on tombe dans l’injustice et, volontiers, on perd devant les autorités Supérieures, tout en ayant raison dans la substance, parce que la procédure elle-même est essentielle pour le respect de toutes les personnes impliquées, et pour agir de façon vraiment pastorale. De l’autre côté, éviter de procéder, en évitant les difficultés posées par les processus juridiques, n’est pas une solution mais une injustice qui s’ajoute à celle que l’on voudrait correctement affronter.

Je profite aussi de cette circonstance pour vous informer officiellement que l’Accord cadre entre le Saint Siège et la RDC sur les matières d’intérêt commun est entré en vigueur avec l’échange des instruments de ratification qui a eu lieu le 17 février dernier au Vatican. Comme vous le savez bien, ce pas est le fruit d’un long parcours de plus de dix ans qui a pour objectif d’établir un cadre juridique qui règle les rapports entre l’Eglise et l’Etat congolais, surtout dans ces champs où l’Eglise  est particulièrement impliquée. Cet Accord signé déjà en mai 2016 a été approuvé par le Parlement congolais au mois de juillet 2018 et a été finalement ratifié au début de cette année. Il reconnaît à l’Eglise un nombre de droits et prévoit la réduction des accords supplémentaires ultérieurs sur des matières spécifiques.

Dans les prochains jours, la CENCO élaborera un prospectus  des points d’intérêt pour chaque Evêque et, dans les prochains mois, il faudra qu’il soit constitué au sein du Secrétariat de la CENCO un petit groupe d’experts qui indiqueront des points principaux de l’Accord qui devront être développés en négociation avec le Gouvernement. J’espère qu’à l’Assemblée Plénière de juin il y aura un programme de travail à soumettre aux Evêques pour l’application de l’Accord.

Je remercie tous leurs participants pour leur disponibilité.

 

Kinshasa, le 02 mars 2020

Mgr Ettore BALESTRERO

Nonce Apostolique

CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *