EXHORTATION DU PRESIDENT DE L’EGLISE DU CHRIST AU CONGO AU  CULTE OEUCUMENIQUE DU 29 DECEMBRE 2018 DECEMBRE
29 décembre 2018
CECOS- CENCO (236 articles)
0 comments
Share

EXHORTATION DU PRESIDENT DE L’EGLISE DU CHRIST AU CONGO AU  CULTE OEUCUMENIQUE DU 29 DECEMBRE 2018 DECEMBRE

Ci-dessous, l’intégralité de l’exhortation du Rév. Dr. André BOKUNDOA-bo-LIKABE Président National, Représentant Légal de l’Eglise du Christ au Congo au culte œcuménique en faveur de la paix en RDC le samedi 29 décembre 2018:

Bien-aimés dans le Seigneur, Chers compatriotes,

Que l’Amour de Dieu notre Père, la Grâce de notre Seigneur Jésus-Christ et la Communion du Saint-Esprit soient avec nous.

Le texte de Psaume 133 qui vient d’être lu est attribué à David. Ainsi, c’est l’expression d’une expérience de la vie qui révèle de l’ultime nécessité du vivre ensemble dans une société en quête du rêve collectif.

L’auteur de ce Psaume met l’accent sur deux vérités spirituelles sur lesquelles se base notre exhortation de ce jour. La première dit : « Il est doux et agréable pour des frères de demeurer ensemble » et la deuxième conclue : « Car c’est là que l’Eternel envoie la bénédiction, la vie, pour l’éternité. »

Premièrement, « être doux et agréable pour des frères ». Car ce qui est doux est préférable. Ce qui est agréable est idéal. En clair, c’est ce qui fixe la norme à suivre, mieux qui donne le modèle à la société.

Disons-le, aucune société ne peut prospérer dans le contexte contemporain marqué par la popularité d’opinions et de convictions sans respect des règles établies. Pourquoi ?

Simplement parce que les règles sont impersonnelles, abstraites et objectives. Elles protègent tout le monde de la même manière. Elles évitent l’injustice et jouent la médiation entre les divergences extrêmes des vues des uns et des autres. Les normes harmonisent les incompréhensions entre leaders sociopolitiques en conduisant au « consensus ».

Autant affirmer qu’il est doux et agréable pour des frères et sœurs congolais de vivre ensemble en vue de construire un Pays plus beau qu’avant.

Donc la Bible nous montre que vivre dans une communauté exige aux uns et aux autres de veiller sur la façon de poser des actes, de prendre des décisions, surtout lorsqu’il s’agit de l’intérêt supérieur de la Nation.

Sans se voiler la face, la période de la campagne électorale nous a permis de capter des signaux très forts mais regrettables et inquiétants d’une vie d’ensemble désagréable et amère. Ceux qui doivent vivre ensemble ont déterré la hache de la division, de la haine, du tribalisme, d’exclusion.

Nous assistons à l’escalade de violences sous plusieurs formes qui prouvent que l’autre, pourtant si proche physiquement, est loin de nous à cause de nos intérêts politiques souvent égoïstes.

Bien-aimés dans le Seigneur, Chers compatriotes,

Deuxièmement, l’auteur met l’accent sur l’exigeante vérité de « demeurer ensemble avant d’espérer la bénédiction divine ». Celle-ci montre à quel point le Seigneur nous a placés dans notre cher beau et riche pays en dépit de nos différences tribales, ethniques, religieuses et politiques.

« Demeurer ensemble » englobe l’acceptation du partage d’un même espace vital avec l’autre, mais bien plus, la défense des intérêts communs pour le vivre ensemble commun. La chaleur humaine ainsi que le regard dans la même direction deviennent des impératifs à respecter pour que la vie avec l’autre soit agréable et douce. Le contraire ferait que la vie avec les autres devienne désagréablement amère ; avec comme conséquence, l’absence de la bénédiction et de la vie en abondance venant de Dieu.

Voilà pourquoi la Bible nous montre en Genèse 11, 1-9 ; comment les hommes construisent la Tour de Babel parce qu’ils parlèrent « le même langage ».

Car il est normal pour les hommes dans une société d’avoir plusieurs langues comme chez, mais il est impérieux, pour réussir, de parler le même langage.

Grâce aux efforts de parler le même langage, un peuple est capable de réduire la distance des incompréhensions et inventer son destin avec l’aide du Seigneur.

Chez nous chrétiens protestants, la diversité n’a jamais été un obstacle pour l’unité. Nous sommes à 95 communautés qui composent l’Eglise du Christ au Congo où chacune a ses particularités mais, en gardant les mêmes liens doctrinal et historique.

Et je suis heureux de constater qu’en République Démocratique du Congo, les Eglises Catholique et Protestante travaillent ensemble, sans que les différences doctrinales de l’une et de l’autre soient sujettes à conflits.

Nous pouvons ainsi être très fiers de gagner le pari de notre Mission pastorale et prophétique pour la République Démocratique du Congo.

Ce qui n’est pas forcément le cas dans d’autres Nations où, des guerres de religions tuent et divisent profondément leurs populations.

C’est ici l’occasion pour nous, Pères spirituels de la Nation, de donner ce bel exemple à nos politiciens sur l’ultime nécessité du vivre ensemble. Vos différences de perception politique, de volonté ou d’intérêts ne devraient pas forcément se transformer en conflits violents.

Pourquoi une compétition électorale, dans un pays dit démocratique, devrait-elle sacrifier le destin de notre rêve collectif ?

Il nous faut encore combien de morts parmi nos compatriotes pour que la conscience nationale soit en éveil ?

J’aimerais ici attirer l’attention des uns et des autres sur le fait que la société contemporaine est celle du vivre ensemble, en s’ouvrant à l’autre. Et ceci n’est possible que si chacun de nous accepte de se laisser envahir par l’amour sans hypocrisie de son prochain.

Car s’il est vrai que nous aimons notre Pays et que chacun de nous se bat pour assurer sa grandeur, nous devons éviter de nous faire la guerre, mieux, nous devons conjuguer nos efforts pour son développement harmonieux et intégral.

Si nous voulons voir la bonne main de Dieu en faveur de notre Pays, le secret se trouve dans l’acceptation de vivre en communauté.

Je conclus en exhortant :

  • La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) à bien faire son travail en offrant demain 30 décembre 2018 à tous les congolais régulièrement enrôlés sur l’ensemble du territoire national les élections crédibles, transparentes et apaisées.
  • Les candidats aux élections présidentielles et législatives à veiller sur leur sens de patriotisme. A ne pas inciter la population à la violence au risque d’embraser le pays.
  • La population à aller, demain 30 décembre massivement et avec discipline, voter chacun en âme et conscience le Président de la République et des députés qui peuvent traduire en œuvre vos attentes pour les 5 prochaines années.
  • L’Autorité publique à garantir avec patriotisme et professionnalisme le déroulement des élections prévues demain et le suite du processus.
  • Les enfants de Dieu d’intercéder et de rechercher le bonheur de la République Démocratique du Congo car notre bonheur à tous en dépend. Travaillons à notre bonheur comme si tout dépendait de nous, mais prions parce que tout dépend de Dieu.

La finalité de l’agir personnel et collectif doit être le souci de voir les enfants de ce Pays dire à la suite du Psaume 133 : « Oh ! Qu’il est doux et agréable pour nous congolais et  congolaises de vivre ensemble. »

Et c’est possible si, main dans la main, nous convergeons nos intérêts de sorte que nous qui étions unis par le sort, nous devenions véritablement unis dans l’effort pour l’indépendance de notre Pays.

Puisse le Seigneur, Père, Fils et Saint-Esprit, bénir la République Démocratique du Congo et son Peuple.

Amen.

Rév. Dr. André BOKUNDOA-bo-LIKABE

Président National, Représentant Légal de l’Eglise du Christ au Congo

CECOS- CENCO

CECOS- CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *