François : « Le journalisme qui cherche la vérité contribue à la justice et à la paix dans le monde »
16 mai 2018
CECOS - CENCO (102 articles)
0 comments
Share

François : « Le journalisme qui cherche la vérité contribue à la justice et à la paix dans le monde »

Le Saint-Père a évoqué la Journée mondiale des communications sociales, le dimanche 13 mai 2018, après la prière mariale du Regina Caeli, place Saint-Pierre, devant quelque 45 000 personnes. Pour le pape François, le journalisme qui cherche la vérité contribue à la justice et à la paix dans le monde. Il évoque ainsi la quête de la vérité comme l’antidote aux « fake news ».

« C’est aujourd’hui la Journée mondiale des communications sociales, sur le thème: « Fake news – c’est-à-dire fausses nouvelles – et journalisme de paix » », a souligné le pape, avant de saluer tous les opérateurs de médias, «… en particulier les journalistes qui s’engagent à rechercher la vérité des nouvelles, en contribuant à une société juste et pacifique. »

En rapport avec cette Journée mondiale des communications sociales, le Souverain Pontife avait également publié un message le 24 janvier dernier, en la fête de saint François de Sales, patron des journalistes, rapporte zenith.org.  Le Pape François y exhorte à « promouvoir un journalisme de paix » et émet le vœu de voir le journaliste être le « gardien des nouvelles ». Car, « au centre des informations, ce n’est pas la rapidité dans la transmission et l’impact sur l’audience, mais ce sont les personnes. », relève le Successeur de Pierre.

« Le meilleur antidote contre les faussetés, ce ne sont pas les stratégies, mais les personnes », atteste le Saint-Père en précisant « des personnes qui, libres de l’avidité, sont prêtes à l’écoute et à travers l’effort d’un dialogue sincère laissent émerger la vérité ; des personnes qui, attirées par le bien, se sentent responsables dans l’utilisation du langage. »

De façon particulière, François s’adresse à « celui qui est responsable par devoir d’informer, c’est-à-dire le journaliste, gardien des nouvelles ». Le Pape explique que : « Celui-ci, dans le monde contemporain, n’exerce pas seulement un métier, mais une véritable mission. Il a la tâche, dans la frénésie des nouvelles et dans le tourbillon des scoop, de rappeler qu’au centre des informations ce n’est pas la rapidité dans la transmission et l’impact sur l’audience, mais ce sont les personnes. Informer c’est former, c’est avoir affaire avec la vie des personnes. »

Plaidant pour « l’exactitude des sources », le Saint-Père encourage « à promouvoir un journalisme de paix », tout en soulignant qu’il ne s’agit pas là d’un « journalisme ‘débonnaire’ qui nie l’existence de graves problèmes et assume des tonalités mielleuses ». Mais bien plus, « d’un journalisme sans duperies, hostile aux faussetés, aux slogans à effet et aux déclarations emphatiques; un journalisme fait par des personnes pour les personnes, et qui se comprenne comme un service à toutes les personnes, spécialement à celles-là – qui sont majoritaires au monde – qui n’ont pas de voix; un journalisme qui ne brûle pas les nouvelles, mais qui s’engage dans la recherche de véritables causes des conflits, pour en favoriser la compréhension à partir des racines et le dépassement à travers la mise en route de processus vertueux; un journalisme engagé à indiquer des solutions alternatives à l’escalade de la clameur et de la violence verbale. »

A en croire le Pape François, « L’antidote le plus radical au virus du mensonge est de se laisser purifier par la vérité ».

CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *