Justice et Paix Congo : « Dès qu’on aura des élections crédibles, la crise prendra fin d’elle-même ».
17 avril 2018
CECOS - CENCO (102 articles)
0 comments
Share

Justice et Paix Congo : « Dès qu’on aura des élections crédibles, la crise prendra fin d’elle-même ».

Les coordonnateurs de Justice et Paix dans les 26 provinces de la République Démocratique du Congo sont en réunion à Kinshasa depuis lundi 16 avril 2018 afin de se préparer aux prochaines phases du processus électoral dans le pays. Au cours de ces assises dans la salle de conférence de l’immeuble Reine de la Paix, les 26 coordonnateurs provinciaux élaboreront une feuille de route à vulgariser pour édifier la population afin d’avoir le 23 décembre 2018 des élections honnêtes, selon M. Cyrille EBOTOKO chargé du programme éducation civique et électorale, au sein de la Commission Épiscopale Justice et Paix que nous avons rencontré.

Monsieur Cyrille EBOTOKO, quelle est le mobile de cette rencontre des coordonnateurs provinciaux de Justice et Paix aujourd’hui dans la capitale ?

C.E : Depuis ce lundi 16 avril 2018 matin, Justice et Paix Congo a lancé sa rencontre nationale, une réunion de 26 coordonnateurs provinciaux venus pour un travail de 4 jours. C’est une représentation nationale, en vue d’être en phase avec l’organisation politico-administrative du pays, notamment avec la Commission Électorale Nationale Indépendante, Ceni, notre partenaire principal. Nous aussi, nous sommes organisés en province. Au cours de cette rencontre, les coordonnateurs vont échanger sur les différentes activités, partager les contenus et éléments que nous pourrons réunir, ainsi que notre feuille de route, avec les commissions diocésaines de justice et paix qui ne sont pas présentes.

En quoi consiste précisément votre apport dans le processus électoral actuel en RDC ?

C.E : Depuis 2016, nous avons travaillé sur l’inscription des électeurs, nous avons observé cette opération et 4 rapports ont été publiés dont trois rapports intermédiaires et un rapport final sur l’opération d’inscription et d’enrôlement des électeurs. Vous avez suivi que la Ceni a publié des statistiques et comme nous l’avions dit à l’époque qu’il y avait des doublons, qu’il y avait des mineurs non éligibles et bien d’autres cas, la Ceni l’a confirmé. Et nous allons continuer à y travailler.

Maintenant que d’autres phases du processus électoral s’annoncent, nous voulons nous y préparer. L’année électorale, c’est cette année 2018, nous voulons nous préparer pour apporter notre contribution à la résolution de la crise actuelle, car comme vous savez, cette crise est électorale. Dès qu’on aura des élections crédibles, la crise prendra fin d’elle-même.  Et nous nous préparons à donner notre réponse à cette démarche qui vise à résoudre la crise

Concrètement, quelle est votre contribution ?

C.E : Nous contribuons de plusieurs manières : Nous avons des travaux liés à la décrispation du climat politique, nous travaillons sur les manifestations publiques, nous sensibilisons les parties prenantes aux manifestations publiques pour qu’elles puissent les mener pacifiquement et que le cahier des charges de chaque partie soit respecté. Nous faisons aussi le monitoring, nous avons publié au mois de novembre notre rapport sur le monitoring des manifestations publiques. Vous avez aussi suivi que le Secrétaire Général de la CENCO, après chaque manifestation, a donné des communiqués sur le déroulement de ces manifestations publiques, c’est nous qui nous menons les activités sur le terrain. Nous avons aussi des activités d’observation électorale, maintenant on a des observateurs sur terrain qui suivent l’environnement, et le premier rapport va venir d’ici trois semaines sur l’environnement électoral. Nous nous préparons aussi à faire l’audit citoyen du fichier électoral, nous l’avions annoncé il y a quelques mois, nous observons également d’autres phases du processus électoral et nous assurons aussi l’éducation civique, l’éducation à une citoyenneté responsable, nous allons aider le peuple congolais à exercer son leadership citoyen sur la classe politique lors des élections prochaines et ces activités d’éducation civique, nous les avons un peu partout dans le pays. Donc, c’est un paquet d’activités que nous allons mener et nous nous préparons pour travailler de manière plus professionnelle encore.

Au regard du temps qui reste pour l’organisation des élections prévues au mois de décembre, pensez-vous parvenir réaliser tout cela ?

C.E : Oui. Il y a du temps. Notre travail, c’est l’observation électorale et l’éducation des citoyens. C’est pourquoi, nous sommes-là. A l’issue de ces assises nous aurons notre feuille de route et aussi un bagage en terme de contenu qu’il va falloir vulgariser pour édifier la population afin que nous puissions avoir le 23 décembre 2018  des élections honnêtes.

CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *