LE CARDINAL LAURENT MOSENGWO : « LE DIMANCHE DES RAMEAUX, JESUS NOUS TRACE LE CHEMIN DE LA CROIX QUI MENE A LA PAIX… »
26 mars 2018
CECOS - CENCO (233 articles)
0 comments
Share

LE CARDINAL LAURENT MOSENGWO : « LE DIMANCHE DES RAMEAUX, JESUS NOUS TRACE LE CHEMIN DE LA CROIX QUI MENE A LA PAIX… »

Le cardinal bénissant les rameaux

L’archevêque métropolitain de Kinshasa, le Cardinal Laurent Mosengwo pasinya a célébré ce dimanche 25 mars 2018 au stade Tata Raphael de Kinshasa le dimanche des Rameaux avec des milliers des jeunes venus de différentes paroisses.

Le dimanche des Rameaux est dans le calendrier  liturgique  catholique le dimanche qui précède le dimanche de Pâques et qui marque l’entrée dans la semaine sainte.

Dans son homélie, le Cardinal Laurent Mosengwo a, d’une part, décrié le paradoxe de notre humanité actuelle et, d’autre part,  a appelé les jeunes de Kinshasa et de la RDC à prendre leur destin en mains. Il leur a invité de ne pas se laisser manipuler par une classe politique qui a échoué, mais de « prendre leurs responsabilités devant l’histoire ».

S’agissant de l’incertitude dont les chrétiens entretiennent sur la personnalité du Jésus-Christ, le cardinal Laurent Mosegwo a fait savoir que « dans le triomphe comme dans l’humiliation, Jésus-Christ se révèle fils de Dieu. Car si le dimanche des Rameaux, le peuple crie Hosanna et le vendredi Saint crucifie-le, tel est, hélas, le drame de la versatilité, de l’inconstance et de l’infidélité de l’humanité pécheresse », a-t-il déploré.

Pour son éminence « le dimanche des Rameaux, Jésus nous trace le chemin de la croix qui mène à la paix, à la réconciliation, à la résurrection et à la victoire définitive. Le dimanche des Rameaux, Jésus nous précède sur le chemin de la croix qui est glorification de Jésus et de tout autre homme ». Il commémore deux événements : d’une part, l’entrée solennelle  de Jésus à Jérusalem où il fut acclamé par une foule agitant des palmes et déposant des manteaux sur son passage, écrit dans les quatre Évangiles;  d’autre part, la passion du Christ et sa mort sur la croix.

Adresse aux jeunes congolais de la diaspora et du pays

« Jeunes de Kinshasa, l’avenir du pays est entre vos mains. L’avenir du pays vous appartient. Certes, vous avez le droit de reprocher aux aînés et aux hommes politiques d’avoir sacrifié votre génération. Vous avez raison de reprocher aux politiciens et à la classe dirigeante de notre pays d’avoir échoué. Mais qu’entendez-vous  faire pour redresser la barre ? Le pays a besoin de vous dans les secteurs de la vie politique, économique, sociale et culturelle, religieuse.

Etes-vous prêts  prendre en mains les destinées de la nation et à assumer vos responsabilités ? », a demandé le cardinal Monsengwo.

Il a également interpellé la jeunesse de la diaspora qui, selon lui, ne joue  pas clairement son rôle devant l’histoire : « Qu’entendez-vous faire ? Que de jeunes cadres universitaires brillants et capables préfèrent rester en Europe ou en Amérique, pour y attendre que d’autres remettent le pays sur les rails afin qu’ils viennent ensuite cueillir les fruits des peines et des sacrifices, des risques et de la sueur des autres ? Dans un autre ordre d’idées, combien de jeunes font des enfants dont ils abandonnent le charge aux parents ? Que de jeunes, beaux et forts, restent à la maison, attendant qu’un autre leur trouve en emploi », a révélé l’archevêque de Kinshasa sous des ovations assourdissantes.

Enfin, dans un stade Tata Raphael archicomble, le cardinal Laurent Mosengwo Pasinya, était accompagné de S.E. Louis Mbol, évêque émérite du diocèse d’Idiofa, les évêques auxiliaires, des abbés et des autorités politiques dont le premier ministre honoraire, Samy Badibanga.

CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *