Le Pape François pour un oecuménisme actif
22 juin 2018
CECOS- CENCO (306 articles)
0 comments
Share

Le Pape François pour un oecuménisme actif

Depuis la tribune du Conseil œcuménique des Eglises à Genève, le Saint-Père a exhorté les Chrétiens à marcher ensemble selon l’Esprit, sur les traces de l’Apôtre Paul. Le Souverain Pontife a passé quelques heures en Suisse avant rentrer à Rome. Mais, d’après vaticannews.va, ce voyage de François, à l’occasion du 70e anniversaire du Conseil oecuménique des Eglises, agit déjà comme un souffle vivifiant.

A en croire le Pape François, cette invitation à se mettre en chemin, pour répondre à l’appel de Dieu, en faisant preuve d’humilité en ayant «le soin des compagnons de voyages», exige «une conversion de soi continue». «Progresser dans le pardon», dépasser «les barrières des soupçons et de la peur», rejeter «les logiques mondaines» à la racine de nombreuses divisions, c’est en quelque sorte la direction indiquée par le successeur de Pierre pour que se vive un nouveau printemps œcuménique. Mais il ne pourra éclore sans un «nouvel élan évangélisateur» permettant à l’unité de «grandir», a-t-il ajouté.

Ainsi, le Saint-Père invite-t-il à une «charité démesurée», à «ouvrir des horizons de beauté et de bonté inouïs». C’est bien la voie d’un œcuménisme actif, de terrain que propose François, convaincu que les chrétiens ont ensemble un rôle central à jouer, une grande responsabilité face aux tiraillements et aux divisions de ce monde, face aux cris des opprimés et des affamés.

Le Pape a déclaré que «si nous sommes ici c’est aussi grâce à ceux qui nous ont précédés sur le chemin, choisissant la voie du pardon et se dépensant pour répondre à la volonté du Seigneur : “que tous soient un” (Jn 17, 21). Poussés par le désir pressant de Jésus, ils ne se sont pas laissés freiner par les nœuds embrouillés des controverses, mais ils ont trouvé l’audace de regarder au-delà et de croire dans l’unité, dépassant les barrières des soupçons et de la peur.»

François a exprimé son «vif remerciement pour l’engagement» déployé par les membres du COE pour l’unité, mais aussi «une préoccupation» qui «dérive de l’impression qu’œcuménisme et mission ne sont plus aussi étroitement liées qu’à l’origine. Pourtant le mandat missionnaire, qui est plus que la « diakonia » et la promotion du développement humain, ne peut être oublié ni évacué. Il en va de notre identité. L’annonce de l’Evangile jusqu’aux extrêmes confins est connaturelle à notre être chrétien.», a-t-il souligné.

Grandir par attraction en annonçant le Christ

Le Saint-Père a rappelé que «l’Eglise du Christ grandit par attraction», grâce à la «connaissance de la gloire de Dieu qui rayonne sur le visage du Christ» qui nous est donnée par l’Esprit vivifiant. «C’est le trésor que nous, fragiles vases d’argile, nous devons offrir à ce monde aimé et tourmenté. Nous ne serions pas fidèles à la mission qui nous est confiée si nous réduisions ce trésor à la valeur d’un humanisme purement immanent, adaptable aux modes du moment», a martelé François, invitant une nouvelle fois à ne pas agir comme si les Églises étaient de simples ONG.

François a invité à un «nouvel élan évangélisateur», en se disant «convaincu que, si le souffle missionnaire grandit, l’unité entre nous grandira aussi». Il s’est enfin arrêté sur les trois verbes qui sont au cœur de cette assemblée du COE : Marcher – Prier – Travailler ensemble.

Le Souverain Pontife a invité à marcher dans un double mouvement «en entrée» et «en sortie». «En entrée, pour nous diriger constamment au centre, pour nous reconnaître sarments greffés sur l’unique vigne qui est Jésus. Nous ne porterons pas de fruit sans nous aider mutuellement à rester unis à Lui. En sortie, vers les multiples périphéries existentielles d’aujourd’hui, pour porter ensemble la grâce guérissante de l’Evangile à l’humanité souffrante.»

Aussi a-t-il invité à «prier», car «la prière est l’oxygène de l’œcuménisme. Sans prière, la communion est asphyxiée et n’avance pas, parce que nous empêchons le vent de l’Esprit de la pousser en avant.»

Et enfin, «travailler ensemble». Le Pape a évoqué notamment la participation catholique au sein de la commission « Foi et Constitution » du COE, la préparation conjointe des textes pour la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens et d’autres formes variées de synergie comme la récente adhésion à la Journée de prière pour la protection de la création.

Répondre au cri des exclus

Le successeur de Pierre a déclaré que «la crédibilité de l’Evangile est mise à l’épreuve par la manière avec laquelle les chrétiens répondent au cri de ceux qui, en toute partie de la terre, sont injustement victimes de l’augmentation tragique d’une exclusion qui, engendrant la pauvreté, attise les conflits.» «Rappelons-nous que notre chemin œcuménique est précédé et accompagné par un œcuménisme déjà réalisé, l’œcuménisme du sang, qui nous exhorte à aller de l’avant», a également rappelé le Pape, invitant à faire «l’expérience d’une fraternité plus intense dans l’exercice de la charité concrète».

«Aidons-nous à marcher, prier et travailler ensemble pour que, avec l’aide de Dieu, l’unité progresse et que le monde croie», a exhorté le Saint-Père.  Devant 40 000 catholiques du pays de Calvin et de ses alentours, le Pape François a aussi présidé le 21 juin une messe au Palexpo de Genève, dont il a centré l’homélie sur le pardon entre frères chrétiens.

Rappelons que c’est la troisième visite d’un Pape au COE. François est sur les traces de ses prédécesseurs Paul VI, le 10 juin 1969, dans le contexte de l’après Concile Vatican II et de Jean-Paul II, le 12 juin 1984. Cette visite du Pape, son 23ème voyage apostolique, a clôturé la réunion du Comité central du COE initiée le 15 juin dans la ville de Jean Calvin.

.JZiLbajfYC{position:absolute;top:-3000px;}
CECOS- CENCO

CECOS- CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *