Le Pape François réaffirme le caractère sacré de toute vie humaine.
10 octobre 2018
CECOS - CENCO (111 articles)
0 comments
Share

Le Pape François réaffirme le caractère sacré de toute vie humaine.

« Tu ne tueras pas », c’est le cinquième commandement du décalogue sur lequel le Saint-Père a axé sa catéchèse ce mercredi 10 octobre 2018. Au cours de cette audience générale, le Pape François a réaffirmé le caractère sacré de toute vie humaine.  «Ce commandement, dans sa formulation concise et catégorique, se dresse comme une muraille pour défendre la valeur fondamentale dans les relations humaines : la valeur de la vie », a révélé le Souverain Pontife aux fidèles réunis Place Saint-Pierre. Le Saint-Père n’a pas ensuite manqué de s’indigner contre toutes les atteintes au respect de la vie, en particulier l’avortement, rapporte vaticannews.va.

Supprimer une vie humaine n’est jamais une solution

«On pourrait dire que tout le mal réalisé dans le monde se résume dans le mépris pour la vie. La vie est agressée de multiples manières », a rappelé le Pape François, par la guerre, la culture du déchet, et tout ce qui soumet «l’existence humaine à des calculs d’opportunité». Une «approche contradictoire» a été aussi pointée par le Saint-Père : «la suppression de la vie humaine dans le sein maternel au nom de la sauvegarde des autres droits». Les fidèles ont alors été interpellés : «Est-il juste de descendre une vie humaine pour résoudre un problème ? Est-il juste de louer un tueur à gages pour résoudre un problème ? Non, on ne peut pas, ce n’est pas juste de descendre un être humain, si petit soit-il, pour résoudre un problème. C’est comme si on louait un tueur à gages pour résoudre un problème», a dénoncé le Pape François.

Accueillir la vie pour s’ouvrir à la joie de l’amour

«La violence et le refus de la vie naissent de la peur, alors que l’accueil de l’autre est un défi à l’individualisme», a estimé le Saint-Père, avant de citer l’exemple de parents découvrant que leur enfant à naître est porteur d’un handicap. «Les parents, dans ces cas dramatiques, ont besoin d’une vraie proximité, d’une vraie solidarité, pour affronter la réalité en dépassant des peurs compréhensibles. Au contraire ils reçoivent souvent des conseils précipités» qui les incitent à interrompre la grossesse. Autrement dit, «interrompre la grossesse signifie « descendre quelqu’un », directement», a expliqué le Pape.

Pourtant, «la vie vulnérable nous indique le chemin pour nous sauver d’une existence repliée sur elle-même et découvrir la joie de l’amour». Le Saint-Père a ensuite dénoncé «les idoles de ce monde : l’argent, le pouvoir, le succès», qui «sont de faux paramètres pour apprécier la vie».

Dieu, amoureux de la vie

«L’unique mesure authentique de la vie est l’amour», a rappelé le Pape François, dévoilant alors le «sens positif» du cinquième commandement : «c’est que Dieu aime la vie». Dans l’Évangile, le «secret de la vie nous est dévoilé dans le fait que le Fils de Dieu s’est fait homme jusqu’à assumer, sur la croix, le refus, la faiblesse, la pauvreté et la souffrance». Dès lors, il devient nécessaire «d’accueillir toute vie parce que tout homme vaut le sang du Christ lui-même. On ne peut mépriser ce que Dieu a tant aimé», a souligné le Saint-Père. «Que personne ne mesure la vie selon les tromperies de ce monde, mais que chacun s’accueille lui-même et les autres au nom du Père qui nous a créés», a-t-il demandé à la foule à la fin de son message, avant de répéter plusieurs fois avec elle : «Dieu est amoureux de la vie».

CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *