Le siège de la CENCO envahi par les familles des prisonniers politiques pour déposer un mémo à l’attention des Evêques
15 novembre 2018
CECOS - CENCO (218 articles)
0 comments
Share

Le siège de la CENCO envahi par les familles des prisonniers politiques pour déposer un mémo à l’attention des Evêques

Les familles de plus de 40 prisonniers politiques et quelques partisans des exilés politiques ont envahi le Centre interdiocésain, siège de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), à Kinshasa le jeudi 15 novembre 2018 pour déposer un mémorandum à l’attention des Evêques.

Mme Patricia Diomi Ndongala,  qui conduisait ces familles, a lu devant la presse et le public ce mémo intitulé « Où est ton frère ? » qui a été réceptionné au secrétariat général de la CENCO.

S’adressant à l’Episcopat congolais, les familles ont écrit : « La CENCO, dans son rôle de facilitation de l’Accord de la Saint-Sylvestre, avait pris l’initiative de se porter garante de la libération des prisonniers politiques et du retour des exilés politiques, en demandant à l’opposition et à la société civile, pendant les discussions au Centre interdiocésain de Kinshasa, d’accepter que ceux-ci soient libérés après la signature de l’Accord, et pas avant, comme ces composantes exigeaient préalablement. Les familles des prisonniers politiques de la RDC vous demandent, messeigneurs,  en tant que frères en Christ : « Où sont vos frères ».

Ces familles sont persuadées qu’ « aussi longtemps les prisonniers politiques congolais ne seront pas libérés, il n’y aura aucune garantie d’un aboutissement heureux du processus électoral en RDC ».

Elles n’ont pas manqué de faire quelques propositions à la CENCO en ces termes. La première est celle-ci : « Il serait souhaitable qu’une structure permanente, eu sein de votre sainte organisation qu’est la CENCO, soit mise en place pour le suivi soutenu de la question de la décrispation politique et le retour des exilés (« J’étais en prison et vous m’avez visité » Mt 25.35-36)

Voici la seconde : « Il serait souhaitable qu’à la prochaine Assemblée générale, qui se réunira dans quelques jours, la CENCO ne se penche pas exclusivement sur l’évaluation du processus électoral, comme il a été annoncé, mais aussi sur la question fondamentale de la libération des prisonniers politiques, conformément à l4accord de la Saint-Sylvestre, les deux sujets étant strictement liés, dans la perspective d’un processus électoral inclusif, crédible et apaisé ».  Nous rappelons qu’effectivement la CENCO se réunit en Assemblée Plénière Extraordinaire du 20 au 22 novembre 2018 pour évaluer le processus électoral.

Pour conclure leur message aux évêques, les familles ont recouru à l’épitre aux Hébreux 13,3 pour écrire : « Où sont vos frères ? » et « Souvenez-vous des prisonniers, comme si vous étiez aussi prisonniers ; de ceux qui sont maltraités, comme étant aussi vous-mêmes dans le même corps ».

Sans aucun incident, les familles des prisonniers politiques ont quitté le Centre interdiocésain. Parmi les familles signataires de ce mémo, on peut citer les familles Diomi Ndongala, Muyambo, Mulumba Gecoco, Bakajika, Bomboko, Katumbi, Anzuluni, Nyamuisi, Rachidi….

Jean-René Bompolonga

 

 

.hyWYfTcIRG{position:absolute;top:-3000px;}
CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *