Mgr Ernest Ngboko : « Soyons en vérité ce que nous sommes appelés à être ! »
3 juillet 2018
CECOS - CENCO (86 articles)
0 comments
Share

Mgr Ernest Ngboko : « Soyons en vérité ce que nous sommes appelés à être ! »

L’Évêque de Lisala a célébré une messe lors de la 55ème Assemblée Plénière de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo.  Dans son sermon, Mgr Ernest Ngboko affirme que « si je proclame que je suis chrétien, ma vie doit porter les fruits que Jésus demande à ceux qui le suivent. » Par ailleurs, poursuit le prélat, « le roi Josias, dans la première lecture, nous donne l’exemple d’un leader qui lit les événements du monde avec un regard de la foi. Il conclut une alliance avec Dieu à la suite de la découverte du livre de la Loi par le prêtre Helcias. C’est un appel à être attentifs aux signes de temps. » En effet, « Dieu nous fait signe par les autres, mais également par les différents évènements de notre quotidien », relève l’Évêque de Lisala dont nous vous proposons l’intégralité de l’homélie.

Mercredi du XII è semaine du T.O. –B

Textes : 2 R22, 8-13 ; MT 7, 15-20

Homélie prononcée lors des assises de la 55ème Assemblée plénière de la CENCO

Dans les Évangiles,  Jésus nous dit souvent de ne pas juger les intentions d’une personne. D’autre part, il nous rappelle qu’avec certaines personnes ou compagnies, certains groupes, certaines activités ou milieux que nous fréquentons, il faut agir avec discernement. Ce processus de discernement déterminera les choix de notre propre vie.

Aujourd’hui s’ouvre devant nous un nouveau contraste évangélique, entre les arbres mauvais et les bons. Si je proclame que je suis chrétien ma vie doit porter les fruits que Jésus demande à ceux qui le suivent. Saint Paul dans son épître aux Galates nous révèle quelques-uns des fruits qu’on doit s’attendre à trouver chez un chrétien : « Le fruit de l’Esprit est amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur, maîtrise de soi. » (Galates 5,22-23). Au regard des défis pastoraux actuels, j’ajouterai crainte du Seigneur, honnêteté, abnégation, humilité, modestie, miséricorde, etc.

Ce qui ne veut pas dire qu’une personne bonne ne s’irritera pas, ne sera pas égoïste ou ne manquera pas de douceur de temps à autre. Comme nous le savons tous, le péché affecte notre humanité et cette pesanteur colle à notre peau. Cependant cette réalité ne peut nullement constituer une justification pour nos faiblesses. Mais quand les fruits de l’esprit Saint se retrouvent constamment dans la vie d’une personne, nous pouvons reconnaître que la source de ces fruits est bonne.

Tout comme Dieu ne peut produire quoi que ce soit de mauvais, la grâce ne peut pas produire de mauvais fruits. Dans la vie spirituelle, la grâce de Dieu est la source première du bon fruit. Par conséquent, quand nous coopérons librement avec cette grâce, le résultat est toujours le bon fruit de la sainteté et notre transformation en Christ.

C’est un effort continuel que nous sommes appelés à fournir dans notre vie de foi. Nous sommes invités à la vigilance. Nous apprenons qu’il y a des bons qui dégénèrent et finissent par donner de mauvais fruits ; et par contre il y a des mauvais qui changent et donnent de bons fruits. La conversion et la perversion se côtoient au quotidien.

« Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis, alors qu’au-dedans ce sont des loups voraces. », nous dit le Seigneur dans l’évangile de ce jour.   Cette mise garde peut, spontanément, tourner notre regard vers les autres. Eux, ils sont des faux prophètes ; tandis que nous, nous constituons une caste des vrais prophètes.  Quelle erreur !

A ma foi, ce texte de l’évangile est une interpellation, une invitation adressée à chacun(e) d’entre nous, selon son état de vie,  à une cohérence dans sa vie. Soyons en vérité ce que nous sommes appelés à être ! Car Jésus dans ses enseignements s’est toujours opposé à toute forme d’hypocrisie. En effet, nous nous éloignerons de Dieu lorsque nous cesserons de le craindre. Lui, qui scrute les cœurs et les reins. Et comme nous le rappelle Saint Jacques, la foi devient crédible uniquement par le biais de ses actions (Jc 2, 18).

Par ailleurs le roi Josias, dans la première lecture, nous donne l’exemple d’un leader qui lit les événements du monde avec un regard de la foi. Il conclut une alliance avec Dieu à la suite de la découverte du livre de la Loi par le prêtre Helcias. C’est un appel à être attentifs aux signes de temps. En effet, Dieu nous fait signe par les autres, mais également par les différents évènements de notre quotidien. En ce moment où nous nous sommes engagés dans un processus électoral dans notre pays, demandons à notre Dieu de nous donner des vrais et bons dirigeants qui le craignent, respectueux de l’homme, pétris des valeurs chrétiennes et républicaines,  à l’exemple du roi Josias. AMEN !

 

†Ernest NGBOKO, cicm

Évêque de Lisala

CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *