Mgr Ettore Balestrero invite chacun à approfondir sa foi dans le Seigneur Jésus pour changer le monde
24 août 2018
CECOS- CENCO (297 articles)
0 comments
Share

Mgr Ettore Balestrero invite chacun à approfondir sa foi dans le Seigneur Jésus pour changer le monde

Le nouveau chef de mission à la Nonciature Apostolique en RDC, Monseigneur Ettore Balestrero invite tout le monde à approfondir sa foi dans le Seigneur Jésus et à la prière pour changer le monde. Le remplaçant du nonce Montemayor, rappelé à Rome au mois de février, est arrivé mardi 14 août 2018 à Kinshasa. « Le Seigneur est très patient, nous devons nous approcher de lui et avec confiance pour recommencer à vivre dans la joie notre foi, avec la détermination que nous pouvons changer le monde ; chacun d’entre nous peut changer le monde, il doit croire qu’il peut le faire et commencer à changer sa famille, ses amis, sa vie, ses coutumes », a affirmé le prélat dans sa première interview à la presse de la CENCO dont nous proposons l’intégralité.

Monseigneur Ettore Balestrero, bienvenue en RDC ! Quel est le sentiment qui vous anime depuis votre arrivée à Kinshasa comme Chef de mission à la Nonciature Apostolique en RDC ?

Mgr E.B : Je suis très heureux de livrer ma première interview avec vous et je salue tout le peuple de Dieu en le félicitant pour ce qu’il fait pour le Seigneur et son Eglise en RDC. Je pense qu’il y aura la possibilité pendant ma mission ici de se connaitre personnellement. Déjà, je souhaite vous donner le salut du Seigneur. Que la paix soit avec vous ! La joie du Seigneur soit avec vous !

Je viens de la Colombie où j’étais Nonce Apostolique pendant les derniers cinq ans. Un autre peuple très chaleureux, où j’ai eu une merveilleuse expérience. Je suis très heureux parce que j’ai trouvé ici beaucoup de similarités bien que les continents soient différents. J’ai l’impression d’un peuple chaleureux, les évêques sont très amicaux. Nous sommes comme la famille. Nous constituons la famille des enfants de Dieu qui vivent et qui travaillent ensemble, qui partagent le destin de l’Eglise, qui travaillent pour le Seigneur et pour son Eglise sur cette terre. Je suis très heureux d’être venu ici, d’être envoyé par le Pape pour partager avec vous ici.

Comment avez-vous accueilli la nouvelle de votre nomination par le Pape en RDC avec tout ce qui se passe ?

Mgr E.B : Quelque chose d’inattendu. J’ai premièrement accueilli la nouvelle en paix. J’ai été heureux parce que je pensais que je suis prêtre pour suivre, pour faire la volonté de Dieu. Donc, si le pape me demande de venir ici, c’est la volonté de Dieu qui m’envoie ici. Et dans la volonté de Dieu se trouve ma paix. J’ai décidé

N’avez-vous pas eu peur ?

Mgr E.B : Non, pas du tout ! Juste un peu de curiosité car je ne connaissais pas et le désir d’apprendre à connaitre ce peuple, sa mentalité, ses défis. Je savais déjà que le Congo est un pays très important en Afrique, que l’Eglise au Congo est très importante dans le pays et dans le continent. Alors, j’étais un peu flatté d’être envoyé ici pour aider et pouvoir partager ; et la sureté de savoir que c’est le Seigneur qui m’envoie, c’est sa volonté et qu’ici est ma place. Je suis ici pour vivre avec vous, pour rester avec vous, pour apprendre de vous, travailler ensemble pour aider ce peuple à solutionner et relever tous les défis qu’il y a, pour travailler ensemble en vue d’améliorer sa situation.

Vous disposez à collaborer, travailler avec l’église locale. Qu’attendez-vous des évêques de la RDC dans cette mission qui vous a été confiée par le Saint Père ?

Mgr E.B : J’espère qu’ils m’aident à comprendre le pays. Que les évêques m’aident à aider. J’ai donné ma vie au Seigneur et ma vie maintenant c’est pour le Congo. J’espère qu’il y aura la possibilité de travailler en communion, dans le respect mutuel, dans la connaissance mutuelle, dans la confiance mutuelle. Je nécessite qu’ils m’aident à connaitre un peu la situation, je dois écouter parce que j’ai beaucoup à apprendre. J’espère que nous allons travailler ensemble et avec courage pour le bien du peuple de Dieu à la lumière de l’Evangile. Je souhaite mettre mon service, mon ministère ici sous la protection de la Vierge Marie car j’ai beaucoup de dévotion à la Vierge Marie et à Saint Joseph. Et avec les évêques, nous allons travailler ensemble, nous sommes une famille, nous sommes frères ; des frères qui m’ont très bien reçu et avec lesquelles nous avons commencé aujourd’hui à travailler en amitié, en fraternité et avec patience parce qu’ils doivent m’accompagner et moi de même pour les aider aussi.

Avec votre arrivée, peut-on espérer que le Pape puisse continuer à nommer les évêques pour quelques diocèses du pays qui n’en ont pas encore ?

Mgr E.B : Oui. Cela fait partie de ma mission. Quand je suis arrivé en Colombie, il y avait quinze diocèses sans évêques et pendant mes cinq années en Colombie, le Pape a nommé quarante-sept évêques. Ici, c’est moins mais je crois qu’il y a plus de difficultés selon que j’ai pu comprendre. C’est un travail qu’on doit faire ensemble, je nécessite écouter beaucoup, apprendre et après proposer au Pape quelques noms des personnes dignes et capables de régir le destin de certaines juridictions ecclésiastiques. L’important c’est de trouver des hommes pieux, des bons prêtres, honnêtes, transparents, fiers de l’Evangile, qui ont un leadership, sont capables même de partager en communion avec d’autres prêtres, qui n’ont pas peur d’annoncer l’Evangile en toute fidélité par rapport à ce que l’Eglise enseigne, des hommes d’église, qui écoutent l’Eglise, suivent l’Eglise et sont conscients que chaque évêque ne se représente pas soi-même mais représente l’Eglise universelle.

En bref, quelle est précisément votre mission ici à la Nonciature ?

Mgr E.B : Ma mission c’est de gérer un peu la Nonciature, les questions de la Nonciature, c’est-à-dire, travailler avec les évêques ensemble comme en famille pour l’Eglise avant tout ; les nécessités de l’évangélisation, les besoins spirituels qui sont les fondamentaux, les besoins matériels qui sont aussi très importants et après travailler ensemble pour le pays, avoir des contacts avec tous, connaitre les attentes  de tous ; aider qu’il y ait un dialogue, aider à établir un dialogue, déjà existant, mais toujours plus profond et constructif pour le bien de la population.  J’espère pouvoir apprendre la manière familière de parler au Congo parmi les gens pour partager votre culture. Je sais que vous avez une culture très riche, très ancienne et très diversifiée et j’espère en apprendre ne fût-ce que les piliers.

Quel message adressez-vous au peuple de Dieu en RDC ?

Mgr E.B : Premièrement, j’invite tout le monde à croire, à approfondir sa foi dans le Seigneur, sous la protection de la Vierge Marie et de Saint Joseph. Que votre vie soit vraiment une image fidèle de votre foi. Que la foi fasse partie de votre vie parce que c’est la foi vécue avec cohérence qui nous rend  heureux, nous transforme et donne sens à notre vie. Il faut être convaincu dans le Seigneur. La foi catholique n’est pas une foi de façade mais une vraie foi. Que tout le monde arrive à croire en la miséricorde de Dieu comme nous l’enseigne le Pape et l’Eglise depuis toujours. Le Seigneur est très patient, nous devons nous approcher de lui et avec confiance pour recommencer à vivre dans la joie notre foi, avec la détermination que nous pouvons changer le monde ; chacun d’entre nous peut changer le monde, il doit croire qu’il peut le faire et commencer à changer sa famille, ses amis, sa vie, ses coutumes. Et pour y parvenir, je vous invite à prier, à avoir une vie vraiment de prière profonde, d’amitié, de rencontre personnelle avec Jésus et avec l’intercession de la Vierge. Je conclus en donnant à tous la bénédiction profonde de mon cœur en attendant de se rencontrer, de se connaitre.

CECOS- CENCO

CECOS- CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *