Mgr Marcel Utembi : « Nous allons voir ensemble les moyens pastoraux à mettre en œuvre pour conduire le Peuple confié à notre charge pastorale sur les chemins du bonheur »
10 juin 2019
CECOS - CENCO (265 articles)
0 comments
Share

Mgr Marcel Utembi : « Nous allons voir ensemble les moyens pastoraux à mettre en œuvre pour conduire le Peuple confié à notre charge pastorale sur les chemins du bonheur »

Les Evêques membres du Comité permanent de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) ont commencé leurs travaux le lundi 10 juin 2019 au site de Caritas Congo dans la commune de la Gombe. Lors de la célébration eucharistique de l’ouverture de ces travaux et en rapport avec l’Evangile de saint Matthieu ( 5, 1-12), Mgr Marcel Utembi, Archevêque de Kisangani et Président de la CENCO a, dans son homélie, fait remarquer qu’ils sont là aujourd’hui « …en tant que fidèles du Christ et Pasteurs de son Eglise pour voir ensemble les moyens pastoraux à mettre en œuvre pour conduire le Peuple confié à notre charge pastorale sur les chemins du bonheur ».

Pour dégager l’importance de ces assises et le travail attendu de la part de l’Episcopat, le Président de la CENCO a souligné : « Dans le passage de l’évangile qui nous donne les béatitudes, l’amour de Dieu et du prochain est exprimé par la soif de la justice et du droit ; c’est un amour qui va jusqu’à l’oubli de soi-même et jusqu’au don total de soi aux autres ».

Comme l’Eglise commémorait, le lundi après la Pentecôte, la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Eglise, Mgr Marcel Utembi a sollicité son intercession en ces termes : « Demandons au Seigneur, par l’intercession de la Vierge Marie, la grâce d’accueillir avec foi sa Parole et de suivre avec humilité le chemin qu’il nous indique pour notre sainteté et pour notre bonheur. Qu’il nous accompagne dans notre session du Comité Permanent et nous éclaire par  son Esprit Saint ». Voici dans son intégralité l’homélie de l’Archevêque de Kisangani à la messe d’ouverture  du Comité Permanent.

 HOMELIE DE S.E. MGR MARCEL UTEMBI, PRESIDENT DE LA CENCO, A LA MESSE D’OUVERTURE DU COMITE PERMANENT 

10 juin 2019

Lectures : 2Cor 1, 1-17 ; Ps 33 ; Mt 5,      1-12

Nous célébrons aujourd’hui la mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Eglise. Cette mémoire liturgique de la Vierge Marie sous le vocable de « Mère de l’Eglise » a été récemment instituée par le Pape François, il y a un peu plus d’un an, plus précisément le 11 février 2018, et fixée au lundi après la Pentecôte. Tout comme Marie était au Cénacle avec les Apôtres pour accueillir l’Esprit Saint (cf. Ac 1,14), ainsi, le temps de l’Eglise qui commence après la Pentecôte, est confié à l’intercession maternelle de la Vierge Marie. Elle est à la fois Mère du Christ et Mère de l’Eglise, c’est-à-dire Mère de tous les peuples.

Nous voyons donc, qu’après la montée de son Fils au ciel, la Vierge Marie n’a pas quitté les Apôtres, elle est restée au milieu d’eux, ainsi elle n’a jamais cessé de prendre soin  de l’Eglise que son Fils lui a confiée alors qu’elle se tenait au pied de la croix (Jean 19, 26).

Le lien entre la vitalité de l’Eglise de la Pentecôte et la sollicitude de Marie à son égard est marqué par sa présence maternelle au milieu des disciples et par sa prière.

Il ne s’agit pas d’une autre sollicitude que celle de son Fils Jésus-Christ que nous voyons dans le passage de l’évangile que nous venons d’entendre : «  Quand Jésus vit toute la foule qui le suivait… », cette foule était constituée de tous les malheureux atteints de maladies et de tourments qu’on amenait à Jésus (cf. Mt 4,23), des gens prostrés, écrasés qui étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger (cf. Mt 9,36). C’était essentiellement des pauvres en quête du bonheur. Dans sa sollicitude, Jésus se met à les instruire. Il leur indique le chemin du bonheur, la manière d’être et de vivre.

Excellences,

Chers frères et sœurs,

 C’est ce même souci qui animait Notre Seigneur qui nous anime aujourd’hui en tant que fidèles du Christ et Pasteurs de son Eglise pour voir ensemble les moyens pastoraux à mettre en œuvre pour conduire le Peuple confié à notre charge pastorale sur les chemins du bonheur. La première lecture et le passage de l’évangile que nous venons d’entendre nous montrent que le bonheur est fondé sur l’amour de Dieu et du prochain.

Dans sa 2ème lettre aux Corinthiens, Paul exprime cet amour par son appui sur le Seigneur. C’est en Dieu qu’il trouve le réconfort. Ainsi même la souffrance devient un lieu de rencontre et de dialogue avec Dieu.

Dans le passage de l’évangile qui nous donne les béatitudes, l’amour de Dieu et du prochain est exprimé par la soif de la justice et du droit ; c’est un amour qui va jusqu’à l’oubli de soi-même et jusqu’au don total de soi aux autres. Tel est l’amour à l’exemple de celui de la Bienheureuse Vierge Marie qui a su renoncer volontiers à tant des choses, à tant des projets personnels pour laisser place à Dieu afin que s’accomplisse son plan de notre rédemption.

Les béatitudes devraient être pour nous la carte d’identité du Chrétien. Pour être des disciples vraiment heureux du Christ, nous devons affronter les souffrances et les angoisses de notre époque avec l’esprit et l’amour de Jésus. Ainsi nous pourrions affronter les défis de vivre la sainteté, les défis de pauvreté, d’injustice, de maladies, d’insécurité, avec un esprit renouvelé et toujours actuel.

Aujourd’hui, paraphrasant l’homélie du Pape François lors de la messe de la Toussaint avec les catholiques de Suède (01/11/2016), nous pouvons dire : Bienheureux ceux qui mettent toute leur confiance en Dieu ; bienheureux ceux qui supportent avec foi les maux que d’autres leur infligent et pardonnent du fond du cœur ; bienheureux ceux qui regardent dans les yeux les déplacés de guerre, les orphelins, les rejetés et les marginalisés en leur manifestant de la proximité ; bienheureux ceux qui reconnaissent Dieu dans chaque personne et luttent pour que d’autres le découvrent aussi ; bienheureux ceux qui protègent et sauvegardent la Terre, notre maison commune ; bienheureux ceux qui renoncent à leur propre bien-être pour le bien d’autrui ; bienheureux ceux qui prient et travaillent pour l’avènement de la paix dans notre pays. C’est par cette voie que nous pourrions aussi participer à notre propre sanctification et à l’œuvre de la rédemption du monde.

Demandons au Seigneur, par l’intercession de la Vierge Marie, la grâce d’accueillir avec foi sa Parole et de suivre avec humilité le chemin qu’il nous indique pour notre sainteté et pour notre bonheur. Qu’il nous accompagne dans notre session du Comité Permanent et nous éclaire par  son Esprit Saint. AMEN !

 

Mgr Marcel UTEMBI TAPA

Archevêque de Kisangani

Président de la CENCO

CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *