«Oeconomicae»: le plaidoyer du Vatican pour une humanisation de l’économie
18 mai 2018
CECOS - CENCO (80 articles)
0 comments
Share

«Oeconomicae»: le plaidoyer du Vatican pour une humanisation de l’économie

«Questions économiques et financières» –Oeconomicae et pecuniariae quaestiones-, c’est le titre d’un document fondateur, publié par la congrégation pour la Doctrine de la foi et le dicastère pour le Développement humain intégral. Disponible en plusieurs langues, le texte entend dessiner de nouvelles formes d’économie et de finance dans un paysage mondialisé. Aussi, ce document offre-t-il des «repères éthiques concrets» aux sommités économiques, mais également aux chefs d’États, décideurs en matière de régulation de marché, rapporte vaticannews.va

Mettre un terme au règne du «profit pur»

Ce texte élaboré par des experts économiques et financiers externes au Vatican, appelle à placer l’homme et le bien commun, et non «le profit pur», au centre des échanges économiques et financiers mondiaux.

L’influence croissante des marchés sur le bien-être matériel d’une bonne partie de l’humanité y est particulièrement décriée, partant d’un constat simple: au cours de la seconde moitié du XXème siècle, le bien-être économique s’est considérablement accru, hélas, de pair avec les inégalités.

Un constat sévère de la mondialisation   

Le Saint-Siège n’épargne donc aucunement l’actuel système économique dominant, qui fait prévaloir «un égoïsme aveugle». «L’opportunité d’apprendre de la récente crise financière a été gaspillée et l’exploitation et la spéculation au détriment des plus faibles sont toujours une réalité aujourd’hui», énonce-t-il, critiquant tout autant le blanchiment d’argent, la non-transparence, la corruption, ou encore les placements offshore. Également dans le viseur, «le tout-quantitatif» et l’absence de prise en compte de la «qualité de vie».

Une alliance entre savoir technique et sagesse humaine

Première solution stipulée: réguler les marchés. Afin de protéger le bien commun et d’impliquer tous les membres de la société dans la richesse et le développement, l’alliance entre acteurs économiques et politiques doit être renouvelée. Une alliance renouvelée qui permette un meilleur contrôle des affaires économiques, «sous peine de voir tout agir humain se pervertir».

Deuxième solution: établir une orientation éthique dans tous les domaines, qu’ils soient économiques, bancaires ou monétaires. Le but ultime doit être de réduire les inégalités et la pauvreté dans le monde. «L’argent doit servir et non gouverner!» s’exclamait le Pape François dans son exhortation apostolique Evangelii gaudium. Le Vatican insiste ici sur le bien-être de l’humanité, à la racine de la solidarité, de la justice et du «capital humain», beaucoup plus important qu’un simple Produit Intérieur Brut. «Les systèmes ne sont en effet pas constitués de dynamiques anonymes, mais de relations humaines; les humains ne sont pas seulement des consommateurs et des entrepreneurs».

La nécessité d’une autocritique entrepreneuriale

Des cours dans les écoles de commerce sur «l’économie et la finance à la lumière de l’homme» sont ainsi recommandés. Du texte surgit aussi un appel à «l’autocritique» des entrepreneurs. Ils doivent initier un retour vers une culture entrepreneuriale et financière, qui mette l’accent sur le bien commun et la responsabilité sociale. Les banques doivent améliorer la transparence de leurs affaires monétaires; les prêts bancaires et l’épargne doivent être plus clairement définis, surtout en matière d’investissements. Les clients devraient être en mesure de voir si leur propre capital a été utilisé à des fins spéculatives ou non. Les comités d’éthique devraient être mis en place dans les conseils d’administration, de sorte qu’un autre appel à des cours d’éthique dans les écoles de commerce soit une partie intégrante.

CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *