PLAIDOYER  DE LA CENCO AUPRES DE LA DELEGATION DU CONSEIL DE SECURITE DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES EN MISSION EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
9 octobre 2018
CECOS - CENCO (218 articles)
0 comments
Share

PLAIDOYER DE LA CENCO AUPRES DE LA DELEGATION DU CONSEIL DE SECURITE DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES EN MISSION EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

La Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), au nom de son Président en mission, est heureuse de souhaiter la bienvenue à la Délégation du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nation Unies (ONU) en République Démocratique du Congo (RDC). Elle remercie vivement Son Excellence Monsieur le Secrétaire Général de l’ONU et les Membres du Conseil de Sécurité pour l’attention particulière qu’ils portent à la situation socio- politique qui prévaut dans notre pays. Elle saisit cette occasion pour échanger avec cette Délégation sur les points suivants:

  1. SITUATION POLITIQUE ACTUELLE
  2. POINTS POSITIFS

Le Président de la République a désigné le candidat du Front Commun pour le Congo (FCC) à l’élection présidentielle. Le 29 septembre 2019, l’opposition politique a tenu un grand meeting sans entrave ni violence.

  1. INQUIETUDES

La mise en œuvre des mesures de décrispation du climat politique prévues dans l’Accord de la Saint-Sylvestre demeure faible. L’interdiction et la répression des manifestations publiques organisées par les partis politiques de l’Opposition et les mouvements citoyens perdurent, ainsi que la confiscation des médias publics au profit du pouvoir en place.

  1. RECOMMANDATIONS
  2. A moins de trois mois de la tenue d’élections, que le Conseil de Sécurité de l’ONU demande au Gouvernement congolais de parachever la mise en œuvre des mesures de décrispation politique contenues dans l’Accord de la Saint-Sylvestre.
  3. Qu’il appelle le Gouvernement à garantir un accès équitable aux médias publics à toutes les tendances politiques.
  4. Qu’il demande aux autorités congolaises de lever toutes les mesures d’interdiction des manifestations publiques pacifiques.
  5. SITUATION ELECTORALE
  6. POINTS POSITIFS

La CENI dispose d’un fichier électoral audité par l’OIF, respecte les dates clé du calendrier électoral et fait arriver progressivement les matériels des bureaux de vote. Elle dispose aussi des listes des candidats aux élections présidentielles, législatives nationales et provinciales.

  1. INQUIETUDES

Il existe environ 6 millions d’électeurs enregistrés dans le fichier électoral sans empreintes digitales, ledit enregistrement étant biométrique. La CENI est déterminée à utiliser la machine à voter malgré l’absence d’un consensus des parties prenantes. Elle tarde à inviter les missions internationales d’observation électorale. L’hypothèse d’un nouveau report des élections refait surface.

 

  1. RECOMMANDATIONS
  2. La CENCO demande au Conseil de Sécurité de l’ONU d’appeler la CENI à rechercher le consensus sur l’utilisation ou non de la machine à voter ou à recourir aux bulletins papiers comme prévu dans les lignes 38, 39 et 40 du calendrier électoral.
  3. Que le Conseil de Sécurité appelle la CENI à la clarification ou au retrait des cas des personnes enregistrées dans le fichier électoral sans empreintes digitales.
  4. Qu’il demande à la CENI et au Gouvernement congolais d’inviter des missions internationales d’observation électorale, notamment l’Union Africaine (UA), la SADEC, Union Européenne (UE), Centre Carter.
  5. Qu’il encourage la CENI à coopérer étroitement avec la MONUSCO et les partenaires de la RDC dans le déploiement de la logistique et des kits électoraux.

III. SITUATION SECURITAIRE

  1. POINTS POSITIFS

Il y a accalmie et amélioration de  la situation sécuritaire dans le Grand Kasaï et baisse de tension en Ituri (Djugu) et dans le Tanganyika (conflit entre Batwa et Bantous).

  1. INQUIETUDES

Il y a persistance de plusieurs foyers d’insécurités dans le pays : Beni, Ituri, Tanganyika, Kasaï et la présence de l’épidémie de la maladie à virus EBOLA.

  1. RECOMMANDATIONS

La CENCO demande au Conseil de Sécurité de peser de tout son poids pour que le Gouvernement de la RDC et la MONUSCO Mettent en place un plan conjoint de sécurisation du territoire national et du processus électoral. La persistance et la recrudescence de l’insécurité remettent de plus en plus en question l’efficacité de la présence de la MONUSCO dans le pays.

CONCLUSION

Face à ces questions, la CENCO poursuit son engagement dans l’éducation civique et électorale de la population et prépare les observateurs locaux.

Cependant, elle demande au Conseil de Sécurité d’engager toute sa diplomatie afin d’obtenir la résolution des questions soulevées ci-dessus, sinon il s’en suivra la contestation et le rejet des résultats des élections par manque d’inclusivité, de transparence et de crédibilité. Il est urgent d’éviter que la crise sociopolitique ne s’aggrave avec des effets incontrôlables au risque de voir la RDC basculer dans la violence postélectorale et dans le chaos qui peut embraser toute la région des Grands-Lacs.

 

Kinshasa, le 06 octobre 2018

Mgr Fidèle NSIELELE, Evêque de Kisantu,                                                                                                           Président de la Commission Episcopale Justice et Paix

.hyWYfTcIRG{position:absolute;top:-3000px;}
CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *