Réfléchir sur la protection de l’enfant, c’est s’engager à garantir son droit à l’éducation dans un environnement sain.
16 août 2018
CECOS - CENCO (102 articles)
0 comments
Share

Réfléchir sur la protection de l’enfant, c’est s’engager à garantir son droit à l’éducation dans un environnement sain.

Réfléchir sur la mise en place d’une politique de protection de l’enfant à l’école, c’est l’objectif de l’atelier ouvert le mercredi 15 août 2018 à Kinshasa. Le Secrétaire Général de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) a procédé à l’ouverture de ces travaux de trois jours réunissant les Coordinateurs diocésains et sous-provinciaux des écoles conventionnées catholiques de la RDC. Nous vous proposons l’intégralité du message du Secrétaire Général de la CENCO lors de ces assises livré par le second Secrétaire Général Adjoint de la CENCO, l’Abbé Georges Kalenga, au nom du Secrétariat Général de l’épiscopat congolais.

 

Allocution du Secrétaire Général de la CENCO à l’occasion de l’atelier des Coordinateurs des Ecoles Conventionnées Catholiques avec l’appui de Porticus Africa sur LA PROTECTION DE L’ENFANT A L’ECOLE.

Messieurs les Abbés Secrétaire et secrétaires adjoints de la CEEC et Coordinateurs des E.C. Catholiques,

Messieurs les Représentants de Porticus Africa,

Révérends Abbés et Messieurs les Coordinateurs Provinciaux,

Révérends Abbés, Révérendes Sœurs, Messieurs les Coordinateurs diocésains et  sous-provinciaux,

 Révérends Pères, Révérendes Sœur et distingués invités à vos titres et qualités considérés

 

J’ai l’honneur de vous souhaiter la bienvenue dans ce beau cadre de l’immeuble Reine de la Paix. Nous sommes conscients des sacrifices consentis par chacun et chacune d’entre vous pour répondre à cette invitation. Le Secrétariat Général de la CENCO remercie Porticus Africa, un partenaire digne et fiable pour le soutien financier à notre œuvre d’éducation. Avec cet atelier, la CENCO signe un partenariat de collaboration à long terme avec Porticus Africa. Vous allez vous concentrer pendant ces trois jours afin de dégager ensemble les grandes lignes pour la mise en acte de la politique de la CENCO sur la protection de l’enfant.

En effet, l’éducation est un droit universellement reconnu à tous les hommes de toute race et condition, de tout âge et sexe. Ce droit est inaliénable ! Et du fait que l’éducation influe beaucoup sur la vie de l’homme, bénéficiaire de la mission que l’Eglise a reçue de son Fondateur, son extrême importance et son lien très intime avec l’évangélisation ne sont pas à démontrer. Ainsi s’explique l’implication de l’Eglise à « favoriser toujours davantage la tâche de l’éducation.» A cause de sa mission, l’Eglise doit se soucier de la vie humaine dans son intégralité, et même de la vie terrestre en tant qu’elle est liée à la vocation céleste. Aussi a-t-elle un rôle à jouer dans le progrès et le développement de l’éducation.

En tant que telle, l’éducation est un droit fondamental pour tous. Et elle doit se situer au centre de toute préoccupation de la Nation, des Partenaires socio-économiques, de l’Eglise et des Parents. L’homme est le fondement, la cause et la fin de toutes les institutions sociales. De ce principe découle, pour l’Eglise, le droit universel à l’éducation tel que le définit le Concile Vatican II : « Tous les hommes de n’importe quelle race, âge ou condition, possèdent, en tant qu’ils jouissent de la dignité de personne, un droit inaliénable à une éducation, qui réponde à leur fin propre».

Voilà l’Eglise catholique a toujours été fortement intéressée à la question de l’éducation. Depuis l’époque coloniale, et même avant, l’effort missionnaire épousait l’objectif de la mission qui consistait à viser d’abord la jeunesse qui devait être modelée pour l’avenir de la Nation.

Réfléchir sur la protection de l’enfant, c’est essentiellement s’engager à garantir le droit de l’enfant à l’éducation dans un environnement sain. Nous ne saurons réaliser une éducation intégrale de qualité si l’enfant n’est pas respecté dans ses droits et dans sa dignité humaine. Nous sommes conscients des multiples dangers que courent les enfants dans notre société.

Dès lors, il appartient aux responsables politiques, à l’Eglise, aux parents, aux responsables d’écoles et aux hommes de bonne volonté d’assurer les conditions psychologiques, politico-sociales, juridiques, religieuses et économiques pour l’épanouissement de l’enfant. Ce dernier doit rester au centre de toutes nos préoccupations.

Tout en remerciant chacun et chacune pour votre engagement, je vous souhaite un fructueux travail et un agréable séjour dans un climat de fraternité. Ainsi je déclare ouverts les travaux de cette session sur la Protection des enfants dans les écoles.

Je vous remercie.

 

Kinshasa, le 15 août 2018

Abbé Donatien NSHOLE

Secrétaire Général de la CENCO

CECOS - CENCO

CECOS - CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *