Sous-Région : Ouverture de la 13ème Assemblée Plénière de l’ACEAC  à Kinshasa
24 juin 2019
CECOS- CENCO (304 articles)
0 comments
Share

Sous-Région : Ouverture de la 13ème Assemblée Plénière de l’ACEAC à Kinshasa

Il s’est ouvert à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo,  la 13ème Assemblée Plénière de l’Association des Conférences Episcopales d’Afrique Centrale (ACEAC) sous le thème de : « L’Intégration de l’Enseignement Social de l’Eglise dans la formation des Futurs Prêtres ».

En effet, leurs Evêques membres des Conférences Episcopales du Rwanda, Burundi et de la RDC vont durant trois jours, soit du 24 au 26 juin 2019, réfléchir sur les questions pastorales d’ensemble dans la sous-région notamment, la migration et traite des personnes, les séminaires ou maisons de formation des futurs prêtres, la charité, le progrès technologique, la sécurité économique, la justice sociale et la jeunesse, etc.

Ci-dessous, le discours d’ouverture de S.E. Mgr Smaragde MBONYINTEGE, Evêque du diocèse de Kabgayi (Rwanda) et Président en exercice de l’ACEAC :

 Eminence;

Excellences,

Conformément à nos statuts, nous nous réunissons en Assemblée Plénière trois ans après celle que nous avons tenue ici à Kinshasa en juin 2016.

Je vous remercie de votre présence et rends grâce à Dieu de nous avoir accompagnés tout au long de nos déplacements depuis nos diocèses. Que son Esprit Saint éclaire les nôtres comme au jour de la Pentecôte afin que toutes nos discussions soient au service de l’annonce de la Bonne Nouvelle. Je remercie la Conférence Episcopale du Congo qui nous accueille. Je confie aussi à Dieu leur courage prophétique aux côtés de leur peuple pour manifester davantage la sollicitude de notre Seigneur qui entend le cri de son peuple.

Nous voulons rendre grâce à Dieu pour la nomination au cours de la même année 2018 de trois nouveaux Archevêques dans les capitales de nos trois pays : S.E. Mgr Gervais BANSHIMIYUBUSA, Archevêque de Bujumbura (24 mars), S.E. Mgr Fridolin AMBONGO BESUNGU, Archevêque de Kinshasa (1er novembre) et S.E. Mgr Antoine KAMBANDA, Archevêque de Kigali (19 novembre). C’est l’occasion de remercier leurs prédécesseurs pour la mission accomplie avec beaucoup de clairvoyance et d’abnégation.

Nous félicitons aussi tous les nouveaux Evêques élus depuis 2016, qui nous rejoignent dans notre Assemblée.

Nous confions à Dieu tous nos confrères décédés au cours de trois dernières années. Que nos prières continuent à accompagner leurs membres de famille ainsi que le peuple de Dieu qu’ils ont servi au cours de leur mission sur terre. Je vous demande une petite minute de silence en leur mémoire.

Notre session se déroulera en 3 jours : du 24 au 26 juin

– le premier jour est consacré aux échanges et rapports internes à l’ACEAC

– le deuxième jour est consacré aux intervenants extérieurs à l’ACEAC

– le troisième jour (demi-journée) est consacré aux orientations pastorales du St Siège sur la Traite des personnes ainsi qu’aux élections des membres de la Présidence et au renouvellement du mandat du Secrétaire général (les statuts révisés prévoient un mandat de 4 ans – cf. Art 11 § 4 – alors que la plénière se tient tous les 3 ans).

– le quatrième jour : la CENCO organise une formation sur la communication stratégique. Ceux qui n’ont pas d’empêchements suite aux horaires de voyage-retour sont invités à y prendre part.

Dans la préparation de cette Assemblée, le Comité Permanent pensé à un thème central qui est celui l’intégration de l’Enseignement Social de l’Eglise dans la formation des Futurs Prêtres. La publication du nouveau directoire nous en offre une belle opportunité. Les secrétaires nationaux des commissions « Séminaires et clergé » nous communiqueront la synthèse de leurs travaux qui ont eu lieu à Bujumbura au mois de février. Sur le même sujet, nous pourrons partager l’expérience des Eglises sœurs. Ainsi l’Abbé Olivier Fröhlich, vicaire Général du Diocèse de Tournai en Belgique nous parlera de « l’accueil des prêtres africains dans les Eglises sœurs d’Europe ».

Nous savons tous que face aux nouvelles forces qui transforment le monde du travail, notamment les progrès technologiques il y a lieu de s’interroger sur la qualité de la vie professionnelle, et la manière de parer aux effets dévastateurs des inégalités dans le monde.

Au lendemain du Synode pour les jeunes et les résolutions qui en sont sorties, l’accroissement du nombre de jeunes sur notre continent et plus particulièrement dans notre sous-région ne peut nous laisser indifférents à la question de créer un avenir meilleur, de la sécurité économique, l’égalité des chances et la justice sociale – afin de renforcer le tissu de nos sociétés. Au cours de nos assises, nous serons sensibilisés à l’urgence des changements auxquels le monde du travail est confronté, et comment les acteurs – gouvernements et des organisations d’employeurs et de travailleurs – peuvent redynamiser le contrat social et le dialogue sociaux, qui assurent aux travailleurs une juste part du progrès économique, le respect des droits et la protection contre le risque en échange de leur contribution permanente à l’économie.

Lorsque les Evêques d’Afrique se sont réunis à Dakar en septembre 2017, ils ont échangé sur la lettre Encyclique « Deus Caritas Est », qui explique si bien le fait que « La nature profonde de l’Église s’exprime dans une triple tâche : l’annonce de la Parole de Dieu (kerygma-martyria), la célébration des Sacrements (leitourgia), le service de la charité (diakonia) ». Ces trois tâches s’appellent l’une l’autre et ne peuvent être séparées l’une de l’autre » (Lett. enc. Deus caritas est, n. 25). Pour ce qui est du service de la charité, il « découle (…) de la structure épiscopale de l’Église que, dans les Églises particulières, les Évêques, en qualité de successeurs des Apôtres, portent la responsabilité première de la mise en œuvre » de la charité (n . 32) ». Quant à la lettre apostolique sous forme de Motu Proprio « Intima Ecclesia Natura », elle nous rappelle que le service de la charité, qui est la nature première de l’Eglise, revient en premier lieu aux Evêques. « Intima Ecclesia Natura » précise que – § 1. L’Évêque diocésain (cf can. 134 §3 CIC) exerce sa sollicitude pastorale à l’égard du service de la charité dans l’Église particulière qui lui a été confiée, en tant que pasteur, guide et premier responsable de ce service. C’est dans ce souci que nous avons souhaité que Caritas Africa nous nous fasse part de ses nouvelles orientations stratégiques pour les 4 ans à venir en évaluant la mission de 4 années écoulées.

Grâce à l’implication personnelle du Pape François la question de la migration a pris beaucoup d’importance ces dernières années.  Après les 20 points d’actions du St Siège, le Pape vient de d’édicter des orientations pastorales sur la « Traite des Personnes ». Nous sommes honorés de la participation de Monsieur l’Abbé Lambert Tonamou du Département Afrique de la section « Migration et Traite des Personnes » au sein du Dicastère pour le Service du Développement Humain Intégral.

Je vous souhaite chers confrères un agréable temps d’échanges et d’affermissement de la communion entre nos Eglises et nos peuples.

 

Kinshasa, le 24 juin 2016

+ Mgr Smaragde MBONYINTEGE

Evêque de Kabgayi et Président de l’ACEAC

 

CECOS- CENCO

CECOS- CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *