Vatican-Migration : Mgr Sikuli plaide pour la catégorisation des personnes qui bénéficieront d’un accueil et d’une intégration
11 juillet 2019
CECOS- CENCO (267 articles)
0 comments
Share

Vatican-Migration : Mgr Sikuli plaide pour la catégorisation des personnes qui bénéficieront d’un accueil et d’une intégration

Le pape François fait de la pastorale des migrants son champ de bataille malgré la culture de l’indifférence qui gagne de plus en plus du terrain. C’est dans ce cadre qu’il a célébré, lundi matin 8 juillet à Saint-Pierre, une messe marquant les six ans de son déplacement  dans un camp des migrants à Lampedusa, une île dans le sud de l’Italie en 2013 juste au début de son pontife.

Hormis la célébration eucharistique, des travaux de consultation sur la pastorale des migrants et des déplacés internes ont été à l’ordre du jour, le mardi 9 juillet 2019. Près de 50 pays sont représentés à ces assises à travers des Evêques ou des représentants des groupes de réfugiés ou déplacés.

S.E. Mgr Melchisédech Sikuli Paluku, évêque du diocèse de Butembo-Béni à l’Est de la RDC prend une part active à ces assises pour le compte de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO).

Dans son intervention de circonstance, l’évêque de Butembo-Béni a plaidé pour la catégorisation des personnes qui doivent bénéficier d’un accueil digne et d’une intégration pacifique en se penchant sur les réalités de l’immigration dans le continent africain en général et en RD Congo en particulier : « Quelqu’un qui vient vous ravir votre champ, comment vous allez vous tenir devant lui ? Mais c’est l’Evangile. Aimez vos ennemis. Des hommes qui peuvent se laisser accueillir. Mais d’autres, considérez comme un refugié ou c’est plutôt un conquérant. Donc la question à se poser est, quelle est son intention ?», rapporte le site d’information du diocèse de Butembo-Béni.

En outre, Mgr Sikuli a expliqué que le manque de moyens dans les familles d’accueil influence négativement l’accueil des déplacés ou refugiés en RDC : « Quelqu’un qui a abandonné son champ, qui a quitté Beni et qui se retrouve à Butembo, en famille, vous pouvez l’accueillir, oui, peut-être l’aider pendant une semaine mais à la fin de la semaine, c’est toute la famille qui n’a plus de moyen de survivre. Maintenant il faut imaginer le nombre  de personnes qui se trouveraient dans cette situation-là », a-t-il déploré.

Il a poursuivi en montrant que d’autres personnes de bonne volonté hésitent parfois à réserver de l’accueil à certaines personnes d’une identité inconnue sur le continent africain :

« Depuis plus de 20 ans, on a été accueillant à des gens qui venaient de manière pacifique. Ça peut être surprenant de voir que celui que vous avez accueilli, un « Musoki » qui  revendique d’être maintenant votre patron. Parce que si c’est pour venir chercher vraiment à survivre, chez nous nous connaissons la coutume non ! Quand vous voulez aller cultiver chez quelqu’un, vous allez chez un chef, vous devenez un « Musoki » et il vous donne une portion de terre, ouais… », a-t-il ajouté.

Après avoir pris connaissance d’une telle complexité, le Pape, des experts et le Dicastère pour le développement humain intégral finaliseront le document qui servira de ligne conductrice de la pastorale de l’Eglise sur les migrants, les réfugiés et les déplacés internes, a commenté le site d’information diocésain de Butembo-Béni.

Pour clore, il appert de mentionner ici que la question de migration préoccupe au plus point les évêques de la région des pays des Grands lacs (RDC, Rwanda et Burundi), regroupés au sein de l’Association des Conférences Episcopales d’Afrique Centrale (ACEAC). Pour preuve, leur 13ème Assemblée générale ordinaire tenue à Kinshasa, capitale de la RDC du 24 au 26 juin 2019, a été axée sur la migration et la traite des personnes. Les évêques de la sous-région des Grands lacs ont été mis au courant des Orientations pastorales du St Siège sur la Traite des Personnes. Mais aussi honorés de la participation du Père Lambert Tonamou du Département Afrique de la section « Migration et Traite des Personnes » au sein du Dicastère pour le Service du Développement Humain Intégral.

Junior Kitambala

 

CECOS- CENCO

CECOS- CENCO

Comments

No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write comment

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *